Véhicules professionnels : les meilleurs choix

FIAT 500 1.4 TURBO 16V T-JET 135 CH ABARTH: Pour soigner son ego avec une large marge de sécurité

 Abarth… un nom mythique, une marque qui respire la performance et l’esprit sportif ! Et puis, d’un autre côté, une petite voiture séductrice en diable, la Fiat 500. Vous associez les deux et vous obtenez une Fiat 500 Abarth avec sous son capot un moteur essence 16 soupapes de 1,4 l qui, dopés par un turbocompresseur à géométrie fixe, délivre une puissance 135 chevaux à 5500 tr/mn. Vous avez alors, comme le chante si bien Jacques Dutronc, un « joujou extra » qui fait « vroum, vroum, hu » et au volant pour peu que l’on soit beau (ou belle) de sa personne, on a toutes les chances de pouvoir continuer la chanson de Dutronc : « Les filles — les garçons — en tombent à mes genoux. Je ne crains pas les costauds, les Supermans. Les bébés aux carrures d'athlètes... ».

 

 

Fiat 500 Abarth : sa vocation sportive n’est pas usurpée

A y regarder de près, cette 500 n’est pas si éloignée que cela de la 500 de base. Enfin, ne nous y trompons pas : elle en garde le style si sympathique, mais les stickers latéraux et les coques bien spécifiques qui protègent les rétroviseurs ne passent pas inaperçus ! Les jantes alliage et les pneus de grande dimension non plus. Plus subtil, moins voyant, la Fiat 500 Abarth adopte aussi un châssis plus sportif et un turbo sacrément viril. Du coup, malheur à celui qui s’aviserait de parler d’une Fiat 500 Abarth ! Dans le petit monde de l’automobile, on l’appelle tout simplement « 500 Abarth ». Oublié, gommé, le nom du constructeur italien — qui, pourtant, n’a pas à rougir (si l’on peut dire) puisqu’il compte dans ses rangs rien moins que Ferrari ! — et mis en exergue celui du préparateur, Abarth le Viennois, qui, il faut l’avouer, a complètement bouleversé la donne. Sous ses couleurs, la Fiat (on y tient) 500 aux sièges sport, à l'instrumentationeenrichit d'un indicateur de pression du turbo, prend des airs de bolide. Il faut monter dans les tours et atteindre les 2.000 tr/mn pour que le moteur s’exprime pleinement. Pour le coup, on ne s’entend plus dans l’habitacle.

 

Fiat 500 Abarth : ses équipements de sécurité rassurent

Le mode « Sport » apporte un peu plus de vigueur encore à la mécanique : la direction devient plus ferme, le couple maxi « overboosté » grimpe de 180 à 206 Nm et si l’on veut pousser la Fiat 500 Abarth dans ses derniers retranchements, pourquoi s’en priver ? Elle reçoit, outre un ABS, un système antipatinage - antidérapage très efficace et un contrôle électronique de stabilité (ESP) qui lui garantissent un comportement impeccable. Côté freinage, il a été lui aussi « gonflé » et se révèle d’une progressivité bien maitrisée, d’une bonne endurance et d’une excellente efficacité. En cas de pépins (graves), la 500, 5 étoiles EuroN-Cap et 7 airbags, devrait pouvoir tenir le choc. Sur le papier en tous les cas, c’est plutôt rassurant.

En résumé, la Fiat 500 Abarth fera le bonheur de ceux qui veulent jouer au pilote de course, mais savent rester suffisamment sages pour ne pas le faire dans la circulation normale. Jolie comme un cœur, bien équipée et bien motorisée, la petite cousine des Ferrari, sexy à souhait, reste une voiture des plus sérieuses, virtuose en ville et toujours très amusante et sûre à conduire au-delà.



21/07/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres