Véhicules professionnels : les meilleurs choix

eVito, premier maillon de la gamme électrique de Mercedes-Benz Vans

17C947_01.JPG

C’est décidé, Mercedes-Benz Vans (MBV) passe à l’électrique tous ses utilitaires. Cela « colle » parfaitement avec sa nouvelle philosophie du transport de marchandises comme du transport de personnes. Ce n’est cependant qu’un des aspects car à Stuttgart, on se veut désormais tout autant constructeur automobile qu’apporteur de solutions.

 

L’accord de partenariat stratégique conclu avec le transporteur Hermès qui se verra livrer 1 500 Sprinter et Vito électriques d’ici la fin 2020, a sans doute été un puissant accélérateur, mais ce n’est qu’un élément d’une réflexion sur l’avenir. Très clairement, le Citan dans sa nouvelle configuration sera le dernier maillon à être électrifié et il semble que si MBV fait toujours confiance à Renault pour les motorisations thermiques — ou au moins pour une très grande partie d’entre elles —, le moteur électrique du petit utilitaire Mercedes sera différente de celui du Kangoo ZE. L’eSprinter sera commercialisé (au moins en Allemagne) en 2019, cela a été annoncé. Il suffit de se pencher sur la nouvelle génération du Sprinter qui, présentée officiellement en février 2018, sera sur les routes européennes dès le deuxième semestre 2018, pour comprendre que sa structure parfaitement « électro-compatible ». Autrement dit, il a été conçu dès le départ pour être électrifié dans les meilleurs conditions possibles.

 

Une autonomie annoncée de 150 kilomètres, de 100-120 kilomètres dans la réalité

L’eVito peut, quant à lui, être immédiatement commandé… outre-Rhin, mais il ne sera livré qu’au milieu de l’année 2018. Son lancement dans quelques autres pays européens dont la France, est prévu avant la fin de l’année prochaine. Le prix-catalogue devrait, dans l’hexagone, être assez proche de celui pratiqué en Allemagne et qui est de 39 900 € HT. Pour qui a déjà pris le volant d’un Electron II de chez Gruau ou du Ducato de chez Fiat, voire du NV 400 de Nissan, des véhicules d’un segment équivalent ou supérieur, l’eVito de Mercedes-Benz Vans (MBV) ne fait pas a priori la différence. Il ne déroge pas aux principales caractéristiques des utilitaires électriques déjà présents sur le marché. Tous les éléments cependant, en ont été développés par Mercedes à commencer par les batteries fournies par Deutsche Accumotive, la filiale spécialisée de Daimler. Elles ont ici une capacité de 41,4 kWh ce qui devrait assurer à l’eVito une autonomie de 150 kilomètres… sur le papier. En réalité, au quotidien, cette autonomie devrait plutôt tourner autour de 120 kilomètres, voire 100 si le véhicule est à pleine charge, la température basse ou assez élevée pour nécessiter l’utilisation de l’air conditionné, sauf, encore, si l’on adopte une conduite rapide (dépassant les 80 km/h).

 

17C947_11.JPG

Un eVito, deux longueurs d'empattement et une charge utile de 1048 kg sur la version extra-longue ou  de 1073 kg sur la versuion longue

L’autonomie et le temps de recharge — 6 heures — sont naturellement des paramètres importants dans la décision d’achat d’un eVito, mais c’est plus encore l’usage que l’on a du véhicule qui est déterminant. MBV pour faciliter le choix des acheteurs, spécialistes de la messagerie et de la livraison, commerçants et artisans et aussi dans la version « transports de personnes » des collectivités territoriales, le propose avec un empattement long (longueur totale : 5 140 mm) ou extra-long (longueur totale : 5 370 mm). Sur ce dernier modèle, la charge utile est d’un peu plus de 1 000 kg et le volume de chargement maximum, grâce à l’implantation des batteries sous le plancher, de 6,6 m3 ce qui, pour un véhicule dont la PTAC est de 3,2 t reste dans la norme.

 

MBV, apporteur de solutions de transport

Pour que l’eVito connaisse le succès, il devra avoir des TCO équivalent à celui du Vito diesel. A première vue, le fourgon compact de MBV n’en est pas (tout à fait) là, mais les choses peuvent évoluer rapidement. Alors ce véhicule n’a-t-il pas d’autres atouts dans son jeu ? Si bien sûr. Ils tiennent à l’environnement politique et sociétal qui lui est résolument favorable en premier lieu pour la circulation dans les hypercentres des villes. MBV peut aussi compter pour développer ses ventes d’utilitaires légers sur la stratégie globale du constructeur, eDrive@VANs, qu’il met en place. Mercedes-Benz Vans ne se veut plus seulement constructeur automobile : il veut être aussi — et avant tout — un apporteur de solutions en matière de transport de marchandises comme en matière de transport de personnes.

 

17C947_16.JPG



18/12/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres